FESTIVAL POUR LA PAIX

En décembre 2003, j’ai participé et chanté à une fête autour de la Paix dans un café à Genève.

A cette occasion, j’ai croisé Roland Hoehn un pélerin de la Paix et sa drôle de pétition qu’il avait décidé de faire signer ici ou là autour de la Terre au gré des hasards qui le conduiraient dans sa Vie.

Il faisait signer une feuille sur laquelle était écrit simplement « Je veux la Paix sur Terre » et son objectif était de réunir un milliard de signatures d’ici l’an 2012 pour pouvoir remettre à l’ONU une oeuvre d’art symbolique incluant les feuilles paraphées par plus d’un milliard de personnes.

J’ai tout de suite été séduit par le côté simple, enfantin et pourtant évident de sa démarche.

La pétition ayant fait escale au Maroc (Fès) en automne 2004, je suis allé fêté par un concert organisé le 28 décembre 2004 à Fès par une association locale dans laquelle j’ai eu l’occasion de me faire un ami sincère, mon Ami Mohammed.

J’ai aussi soutenu la quête de Roland à travers la mienne d’artiste et proposé sa pétition à l’intérieur de la pochette de mon premier album solo vernis en octobre 2005.

De retour en Suisse, après une tournée d’un mois au Maroc, j’ai fondé avec quelques amis une association dite du « 28 décembre» pour fêter chaque année le compte à rebours de l’objectif de la pétition…en espérant faire une grande fête le 28 décembre 2012.

Nous avons organisé une grande et belle manifestation le 28 décembre 2005 dans les locaux de Pôle Sud à Lausanne ou artistes en tout genre se sont exposés, croisés et déclarés sous diverses formes (contes, musiques, chant, création spontanée…).

Le 28 décembre de l’année suivante (2006) a été organisé selon le même concept à Leysin avec cette fois-ci l’ajout d’une partie chantée par tous et préparée les 2 mois précédents par ceux qui l’avaient désiré…

Cette manifestation de décembre 2006 m’a fait connaitre la femme qui deviendra mon épouse quelques années plus tard et avec qui j’ai eu deux enfants… ce cadeau reçu à cette occasion m’a par contre reconduit sur les routes du conventionnel et du socialement plus admissible…j’ai donc mis de côté mes Rêves d’enfant musicaux et pacifistes pour re-devenir un fonctionnaire de l’Etat de Vaud, prof de musique à Bex.

Les 28 décembre ont recommencé à n’être qu’un simple jour de digestion nécessaire entre les excès alimentaires de Noël et ceux alcoolisés du jour de l’An. Et c’est à peine si nous avons vu passé le 28 décembre 2012 dans nos vies d’adultes responsables…

Mais les rêves ne se laissent pas abandonner comme ça facilement par ceux qui ont un jour ouvert la porte des possibles. Et malgré l’immense confort matériel et amoureux que la Vie m’offrait au quotidien, une boule au ventre grandissait au fil des ans et des plaisirs. Je n’étais tout-à-fait à à ma place.

En fin d’année 2017, la création de textes et de chansons s’est remise à me dévorer. Les hasards ont conduit ensuite à me remettre sur les planches et à me retrouver licencié avec brutalité de mon poste d’enseignant en juillet 2019.

Le seul sens plausible à tout ça était le retour aux sources de mes Rêves d’enfant… j’ai donc repris mon chemin de chanteur en même temps que celui du soutien à la Paix.

C’est pourquoi le « 28 décembre » renaît – en même temps que moi – de ses cendres. Cette année, il se déroulera à Bex selon le même principe que ce qui avait été organisé à Leysin en 2006.